L’excellence en soins esthétique
Appelez-nous
(514) 257 - 1860
Envoyez-nous un courriel
info@cliniquecarpediem.com
À quel sein faut-il se vouer

À quel sein faut-il se vouer ? Laissez-moi vous éclairer

La chirurgie d’augmentation mammaire est une opération qui consiste à modifier la taille des seins à l’aide d’implants ou de prothèses. Alors que certaines femmes recourent à ce genre d’intervention pour des raisons purement esthétiques ; d’autres le font pour restaurer leurs courbes après une mastectomie. Peu importe la motivation, nombreuses sont celles qui ont songé à faire augmenter le volume de leur poitrine, symbole ultime de féminité. D’ailleurs, l’augmentation mammaire est la chirurgie esthétique la plus pratiquée au monde. Au Québec seulement, entre 8000 et 8500 mammoplasties d’augmentation sont effectuées chaque année. Il est donc important de faire la lumière sur le sujet en se basant sur des faits scientifiques et en considérant les risques réels encourus par cette opération.

Dr Charles Guertin

J’ai rédigé le présent article dans le but de démystifier les croyances entourant la pose de prothèses mammaires. Ce texte est d’autant plus nécessaire que le sujet a récemment fait l’objet d’une polémique dans les médias d’information. Afin que les femmes désireuses de se doter d’une poitrine plus généreuse puissent prendre une décision éclairée, celle-ci doit être basée non pas sur la peur, mais sur des données scientifiques.

Le déroulement de la chirurgie

Les chirurgies d’augmentation mammaire se font sous anesthésie générale. La plupart du temps, une incision est pratiquée dans le pli infra-mammaire, autour de l’aréole ou sous l’aisselle et l’implant est placé derrière ou devant le muscle de la poitrine. Destinés à augmenter le volume des seins, les implants mammaires sont de petites poches rondes remplies de solution saline ou de silicone. Dans la majorité des cas, je recommande à mes patientes les implants de silicone parce qu’ils ont une apparence et une texture plus naturelles. De plus, ils ont l’avantage d’être fabriqués en gel de silicone épais et cohésif qui ne se déverse pas dans l’organisme en cas de perforation.

chirurgies augmentation mammaire

Les risques des implants mammaires

Les implants mammaires présentent de nombreux bienfaits, mais ils comportent aussi certains risques. Comme n’importe quel type d’opération, l’introduction de ce dispositif dans le corps peut effectivement entraîner des complications : infections, saignements, enflures, etc. Minimes, ces complications sont inhérentes à toute intervention chirurgicale. L’augmentation mammaire implique cependant certains risques qui lui sont propres et que les patientes doivent connaître avant de passer sous le bistouri.

Contrairement à la croyance populaire, les prothèses mammaires ne sont pas permanentes. Elles ont une durée de vie limitée qui se situe entre dix et vingt ans. Selon les cas répertoriés, au bout d’une décennie, les risques de perforation augmentent. Advenant une rupture, les prothèses doivent être retirées et remplacées, si la patiente le désire. Il faut également savoir que les implants peuvent compliquer l’interprétation des mammographies.

La rupture n'est pas la seule complication nécessitant une intervention chirurgicale. Avec le temps, il est possible que les prothèses se déforment. En effet, le tissu cicatriciel autour de l’implant peut se contracter et serrer l’implant. Ainsi comprimé, il se durcit et devient inégal. Ce phénomène porte le nom de contracture capsulaire. La chirurgie est le seul moyen d’y remédier. La chirurgie est également nécessaire advenant le déplacement de l’implant.

La « maladie des implants mammaires »

Certaines personnes croient que les prothèses en silicone causent des maladies auto-immunes connues sous l’appellation « maladie des implants mammaires ». Ces personnes se sont d’ailleurs exprimées récemment dans les réseaux sociaux et les médias d’information, réanimant ainsi le débat sur les prothèses mammaires.

Dans les années 1990, des inquiétudes semblables existaient relativement aux implants en silicone. Ces inquiétudes ont mené à un moratoire sur leur utilisation. Imposé par la Food and Drug Administration et Santé Canada, le moratoire a permis l’élaboration d’une étude approfondie sur le sujet. Aux termes de celle-ci, les chercheurs ont conclu qu’il n’existait aucune corrélation entre les implants de silicone et les symptômes reliés aux maladies auto-immunes. En 2006, les deux agences fédérales ont donc approuvé leur réintroduction aux États-Unis et au Canada.

La pose de prothèses mammaires n'augmente pas non plus les chances de développer un cancer du sein ou autres maladies potentiellement mortelles. Une étude canadienne publiée en 2006 a examiné les causes de mortalité chez des femmes ayant porté des implants mammaires au Québec et en Ontario. Sur les 24 558 femmes qui ont été suivies durant cette étude, celle-ci n’a pu établir aucun lien de causalité entre les implants mammaires et des maladies graves, comme le cancer. En fait, le nombre de décès dus à des maladies graves s’est avéré plus faible que prévu chez les patientes ayant reçu des implants.

À ce jour, la « maladie des implants mammaires » n’est pas reconnue par la communauté scientifique. Je tiens toutefois à préciser que les implants mammaires continuent de faire l’objet d’études rigoureuses et que les chirurgiens-plasticiens déploient de grands efforts auprès du gouvernement canadien afin de l’inciter à créer un registre national des prothèses mammaires au Canada.

Les risques potentiels plus sérieux des implants mammaires

Malgré les données scientifiques rassurantes, des études récentes ont rapporté certains cas de lymphome anaplasique à grandes cellules associé aux implants mammaires à surface texturée BIOCELL. Le LAGC-AIM est un type de cancer rare et traitable qui se forme dans le tissu cicatriciel entourant la prothèse. Advenant le cas d’un LAGC-AIM, l’exérèse de l’implant et de sa capsule est nécessaire.

Selon ces études, 28 cas de LAGC-AIM ont été signalés au Canada. Sur ces 28 cas, 24 sont associés à un type d’implant particulier : l’implant mammaire à surface texturée BIOCELL d’Allergan.

BIOCELL est le nom donné à l’enveloppe texturée des implants NATRELLEMD fabriqués par la compagnie Allergan. Cette enveloppe rugueuse est conçue pour aider à maintenir l'implant en place une fois inséré dans l’organisme.

Les implants mammaires texturés ont été introduits sur le marché il y a plus de 30 ans et ils étaient très répandus pendant un certain temps. Aujourd’hui, la majorité des femmes qui recourent à une chirurgie d’augmentation mammaire optent plutôt pour les implants à surface lisse, soit les implants n'étant pas associés au LAGC-AIM.

Actuellement, Santé Canada travaille en étroite collaboration avec ses homologues internationaux, y compris la FDA, pour échanger des données sur les implants mammaires. De plus, elle devrait conclure son étude sur l’innocuité des prothèses mammaires au printemps 2019. À ce moment-là, l’agence fédérale informera la population et les fournisseurs de soins de santé des mesures à prendre quant à leur utilisation.

Rappels et avis de sécurité

Santé Canada avise Allergan de son intention de suspendre ses permis pour les implants mammaires Biocell par mesure de précaution

Les bienfaits des implants mammaires

La majorité des femmes qui portent des implants mammaires en sont satisfaites. Bien qu’elles soient nombreuses à être préoccupées par les risques à long terme, les recherches n’ont généralement pas permis d’établir de lien entre prothèses mammaires et maladies graves. Les avantages de l’opération l’emportent sur les inconvénients. Surtout d’ordre psychologique, les bienfaits ne doivent pas être banalisés.

Avec le temps, les seins peuvent perdre du galbe ou du volume et devenir flasques. Plusieurs raisons expliquent ce phénomène : allaitement, perte de poids et vieillissement. Les femmes qui veulent raffermir une poitrine relâchée ont donc la possibilité de recourir à l’augmentation mammaire. La mammoplastie d’augmentation peut également corriger une asymétrie des seins et reconstituer la poitrine de celles qui ont subi une mastectomie.

La chirurgie d’augmentation mammaire permet aux femmes non seulement d’améliorer leur silhouette, mais aussi d’être bien dans leur peau et de renforcer leur estime de soi. Cette amélioration physique a des effets psychologiques non négligeables. Or pour que l’intervention soit à la hauteur de leurs attentes, les femmes doivent être bien informées et assurer un suivi postopératoire régulier auprès de leur médecin.

En somme, cet article avait pour but de dissiper la confusion autour des implants mammaires. Il visait à donner l’heure juste sur un sujet qui a fait couler beaucoup d’encre et qui, dernièrement, a suscité bien des inquiétudes. J’ai voulu rassurer les femmes, à la fois celles qui portent des prothèses mammaires et celles qui songent à en porter. Les chirurgiens-plasticiens sont d’abord et avant tout des médecins. Leur priorité est et sera toujours la santé de leurs patientes.